VOYAGE EN LA TERRE AUTREMENT DITE

2013

CINÉMA LA CLEF

Un film de Laura Huertas

Documentaire – expérimental / 23 min / 2011 / Colombie

La serre équatoriale du Jardin Tropical de Lille est le décor où se rejoue la découverte du Nouveau Monde, inspirée des premiers récits des colonisateurs, racontée par la voix d’un explorateur fictif. L’architecture en béton armé et sa nature sous cloche accueillent cette parole où s’entremêlent, dans la fascination et le délire, des descriptions naturelles et ethnographiques. Le traumatisme originaire du choc des deux mondes est redit au ralenti, comme un lent voyage à travers l’oubli et le temps.

Un film qui traverse différents registres entre le documentaire et la fiction et se nourrit de références liées à l’histoire troublante de la conquête des Amériques. Le dialogue entre les images de la serre et le récit de certains passages de chroniques des colonisateurs nous plonge dans une dimension historico fantastique de la découverte de nouvelles terres.

Laura Huertas Millán est réalisatrice et artiste plasticienne d’origine colombienne. En 2009, après une année d’échange à Xi’an (Chine), elle sort diplômée de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris. Elle intègre ensuite le Fresnoy, Studio national des arts contemporains à Tourcoing, pour un Master spécialisé cinéma et art contemporain. Elle réalise dans ce cadre deux courts métrages de documentaire expérimental Voyage en la terre Autrement Dite et Aequador, largement diffusés, aussi bien en festivals que dans les musées et galeries d’art du monde entier.

Aujourd’hui doctorante au sein du programme SACRe, (Sciences, Arts, Création, Recherche), Laura Huertas Millán figure parmi les chercheurs invités par le Sensory Ethnography Lab et le Film Study Center de l’Université de Harvard, départements cinéma et anthropologie, à Cambridge, USA, pour deux semestres, au sein desquels elle poursuit le développement de ses projets cinématographiques.

Son travail explore essentiellement les questions de l’exil et des racines, de la représentation de l’étranger et de l’étrange, dans un récit à plusieurs voix, entrelaçant les genres (fiction, documentaire, cinéma expérimental). Son court métrage Sol Negro poursuit l’exploration de ces thèmes, tout en relevant de nouveaux défis narratifs et esthétiques.

Sélections et distinctions : 

Festival de Marseille
Festival Videobrasil

Fermer le menu
Fermer le panneau